Ah, au fait et The Dark Knight Rises ?

Publié le Mis à jour le

Deux ans après Inception, Christopher Nolan revient sur grand écran pour achever sa relecture de l’univers de Batman. Alors que The Dark Knight Rises s’élève depuis sa sortie aux sommets du box-office mondial, retour sur ce qui demeure très certainement le film le plus attendu de l’été.  

Huit ans après la disparition funeste d’Harvey Dent, Bruce Wayne a raccroché le costume de Batman. Du haut de son manoir, accroché à sa canne et désormais à la retraite, le millionnaire affaibli regarde le monde tenir sur un équilibre plus ou moins précaire. Et même si les finances de Wayne Entreprises ne sont pas au beau fixe, Gotham City semble connaître une période de paix. C’est, évidemment, sans compter sur l’apparition de Bane, brutal et mystérieux mercenaire masqué, qui semble vouloir troubler la ville pour d’obscurs desseins.

Donc The Dark Knight Rises. Donc la conclusion, annoncée comme épique, d’une trilogie ayant donné au personnage de Batman une tonalité inédite au cinéma. Autant le dire d’emblée, le film est un auto-sabordage en grandes pompes. Noyé dans une démesure inutile, une surcharge de personnages qui peinent à s’émanciper réellement hors d’une débauche, monumentale, de scènes interminables, de fusillades et autres explosions pyrotechniques. Christopher Nolan a eu du budget et, à l’évidence, il ne l’a pas employé à bon escient. L’attente autour du film était-elle trop grande ? Probablement… mais, en plus de souffrir la comparaison avec The Dark Knight,  ce dernier opus sabre toutes les promesses de ses enjeux dramatiques. Tout ce qui faisait, en somme, de The Dark Knight un réel tour de force, à savoir se déjouer des attentes et des caricatures. A rendre concret des personnages et des situations extraordinaires dans un univers crédible et réaliste.

Il faut dire que la présence du Joker donnait au film précédent une tension diffuse, brutale, éclatante, et au récit une ambition à la fois sociale, morale et politique. Très actuelle même, dans sa façon de mettre en scène tout ce que le désespoir peut engendrer. Souvenez-vous de cette fameuse scène où le Joker exposait à Harvey Dent sa théorie : "Tu sais ce que j’ai remarqué ? Personne ne panique lorsque les choses déroulent selon "le plan prévu". Même si le plan est horrible! Si, demain, j’annonce à la presse que le membre d’un gang se fera tué ou qu’un chargement de soldats va exploser, personne ne paniquera, parce que tout se passe selon "le plan prévu". La folie de cette icône du Mal, qui cherchait elle aussi à incarner le chaos dans toute son impartialité, était telle qu’elle dépassait le simple plan machiavélique d’un méchant, disons, plus pragmatique.  Elle donnait au film une décadence lyrique et percutante, qui forçait Batman à assumer l’ambiguïté de son rôle.

De cela, il n’en reste rien. Et n’en déplaise à Tom Hardy et son impressionnant physique, passée la moitié du film, son Bane ne procure pas autant de sueurs froides que la performance terrassante d’Heath Ledger.  Oui, le casting est à l’avenant mais le scénario est à la peine. Comme si Nolan n’avait pas retenu les leçons d’Inception : de bonnes idées ne font pas un bon film, les scènes d’action ne sont pas là pour combler l’histoire mais bien pour la relancer. On regrette l’addition de Catwoman (Anne Hathaway, malicieuse mais en surface) et de Miranda Tate (Marion Cotillard, malheureusement inutile) sur un territoire dramatique trop occupé. Ou trop encombré… N’eut-il pas mieux valu rehausser les ambitions, assez manichéennes au demeurant, du méchant de l’histoire ?  Car après une exposition plutôt réussie, The Dark Knight Rises s’enlise, perd en intérêt au profit d’une surenchère narrative et visuelle pour s’achever avec un épilogue étiré, bruyant et grand-guignol. A posséder trop d’atouts,  Christopher Nolan n’a pas su exploiter son joujou mégalo avec nuances et subtilités. C’est regrettable.

Jeoffroy Vincent

A bon entendeur

The Dark Knight Rises (États-Unis, Royaume-Uni, 2012. 165 min).

Réalisé par Christopher Nolan. Scénario de Christopher Nolan et Jonathan Nolan d’après une histoire originale de Christopher Nolan et David S. Goyer, et d’après les personnages créés par Bob Kane et Bill Finger. Avec Christian Bale, Tom Hardy, Anne Hathaway, Gary Oldman, Michael Caine, Marion Cotillard, Joseph Gordon-Levittet Morgan Freeman. Musique : Hans Zimmer.

Sociétés de production : DC Entertainment, Legendary Pictures, Syncopy Films et Warner Bros.

Le site officiel de The Dark Knight Rises

Sortie en salles depuis le 25 juillet 2012. Crédit photos : Warner Bros Pictures.

About these ads

2 réflexions sur “Ah, au fait et The Dark Knight Rises ?

    Demisev a dit:
    17 octobre 2012 à 10:16  

    Merci pour cet article, je suis globalement de votre avis.

    Ce bout de paragraphe est juste à 100% et résume, selon moi, le problème de The Dark Knight Rises :"Probablement… mais, en plus de souffrir la comparaison avec The Dark Knight, ce dernier opus sabre toutes les promesses de ses enjeux dramatiques. Tout ce qui faisait, en somme, de The Dark Knight un réel tour de force, à savoir se déjouer des attentes et des caricatures. A rendre concret des personnages et des situations extraordinaires dans un univers crédible et réaliste."

    C’est le premier reproche que j’ai fait à ce film, dans mon article ( http://scientashic.wordpress.com/2012/08/03/the-dark-knight-rises-la-chute-de-batman/ ). Tout ce qu’annonçait la fin prometteuse de The Dark Knight est balayé d’un revers de main, et c’est ce que je ne digère toujours pas…

    Mon seul désaccord avec cet article concerne l’exposition du film, que je trouve faible. L’introduction de Bane, bien que spectaculaire, n’apporte pas autant sur le personnage que la scène de présentation du Joker. Ensuite, le désarroi de Bruce Wayne est dépassé trop vite à mon goût.

    Bonne journée!

    Nicolas

      Jeoffroy Vincent a répondu:
      17 octobre 2012 à 11:52  

      Incroyable de penser presque que The Amazing Spider-Man fut en soi une bien meilleure réussite que ce triste et dernier volet…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s