Nus et culottés – L’utopie en marche

Publié le Mis à jour le

Deux hommes, trois caméras, un maximum de possibilités. Telle pourrait être la formule de base pour résumer la recette de Nus et culottés, série documentaire qui a rythmé tous les jeudis soirs de France 5 ce mois d’août. Une série à redécouvrir début septembre, lors de sa future sortie en DVD.

Précision d’avant article…

Ici, on ne parle jamais d’émission de télévision. Déjà parce qu’on la regarde peu. Ensuite parce que ça n’y a pas trop sa place (on parle volontiers série mais, entendons-nous bien, c’est meilleur que de la télévision). Enfin parce que d’autres le font beaucoup mieux. Mais là, à mi-chemin entre la série-docu et le docu-réaliste, je me suis dit : "Pourquoi pas avec Nus et culottés ?". L’émission de France 5 m’a séduit, faire rire et parfois même ému. Dans la même veine que J’irais dormir chez vous, emporté par le même esprit curieux que Des trains pas comme les autres, Nus et culottés a très rapidement su devenir attachante, tout en remplissant le cahier des charges de la chaîne dont l’identité tourne autour du voyage et de la découverte. En véhiculant sans aucune démagogie de jolies valeurs (l’éveil, la solidarité, le dialogue, l’échange…), avec beaucoup d’enthousiasme et de sincérité, Nans et Moots sont devenus les compagnons de route de mon salon.

De quoi ça parle ?

De Nans et Mouts donc, deux jeunes anciens ingénieurs reconvertis en globe-trotters inventifs et dont le modus operandi est de partir de leur périple en tenue d’Adam. A la clé, un objectif simple (faire de la montgolfière, prendre un thé avec un Lord, faire un bonhomme de neige dans les Alpes…) qui va être source de multiples rencontres cocasses et/ou émouvantes sur la route. Pour les suivre au quotidien, aucune équipe technique; seulement deux caméras reliées aux extrémités de leur baluchon de circonstance et une dernière pour les plans alternatifs.

 «Rien ne sert de courir…il faut partir à poil»

Oui oui oui, on vous entend déjà grommeler que les deux jeunes gens n’ont rien inventé, qu’ils ont piqué le concept à Antoine de Maximy et que tout ça est fabriqué de toutes pièces pour dessiner une vision idéaliste de notre société. Coupons donc court à un débat qui n’a même pas lieu d’être: Nus et culottés est une production Bonne Pioche à qui l’on doit J’irais dormir chez vous. Voilà pour la ressemblance et faire taire les mécontents. Non, ce n’est pas fabriqué de toute pièces ; les deux jeunes hommes se prenant parfois des gamelles et n’arrivant pas toujours à aller au bout de leur rêve. Ensuite, là où de Maximy partait à la rencontre des gens pour, disons-le clairement, taper l’incruste chez eux, la démarche de Nans et Mouts est tout autre. Les besoins vitaux (se vêtir, se loger, se nourrir) sont pour eux des moyens pour s’obliger à aller à la rencontre des personnes. L’échange est oral, matériel et spirituel. On voit des personnes de milieux sociaux totalement différents ouvrir leur cœur (et leur temps libre) à deux inconnus comme elles ne l’auraient peut-être jamais fait devant quiconque. Cela donne parfois des scènes d’une émotion brute, fortes, inattendues comme seules les rencontres et les situations hors du commun peuvent engendrer.

En affirmant cela, l’auteur de ces lignes avoue sans honte avoir pleuré devant son écran plat alors qu’il ne s’y attendait pas du tout.

Ces deux précieux adeptes de la débrouille (Nans et Mouts savent fabriquer des chaussures en pailles autant que des origamis – autant dire que j’aimerais beaucoup prendre des cours avec eux, ne serait-ce que pour ne plus avoir cette peur de dévisser quoi que ce soit dans ma maison) démentent cette maxime misanthrope qui voudrait que l’enfer, c’est les autres. Ce sont précisément les autres qui permettent à ces optimistes humanistes d’arriver à destination. Parce qu’au sein d’une société sur-numérisée, isolée, qui déborde de tout ses excès, Nans et Mouts souligne l’importance de l’espoir et des rêves. Du lien humain. De bouleverser la routine quotidienne qui veut fatalement que l’on achève sa journée sur le canapé du salon ou devant un écran d’ordinateur.

A l’instar du penseur Théodore Mounod, ils rappellent que l’utopie est simplement ce qui n’a pas encore été essayé. Le tout est de faire le premier pas…

Jeoffroy Vincent

A bon entendeur
Nus et culottés (France, 2011/2012). Saison 1 (6 épisodes).
Série créée et développée par Nans Thomassey, Charlène Gravel, Guillaume Mouton pour France Télévisions. Diffusé sur France 5. Coffret DVD disponible ici dès le 3 septembre.

Le site officiel de Nus et culottés

About these ads

2 réflexions sur “Nus et culottés – L’utopie en marche

    baicu a dit:
    15 septembre 2012 à 11:15  

    trop top il faut ose et avoir plein de reves ds sa tete a realiser. je pense que vos physique et vos belles gueules vous donnent des atous et vous avez un certain pouvoir sur les gens que vous rencontrez. vous montrez aussi aux gens que le vouloir est plus fort que pouvoir merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s