GAMMAQUOI ?

Gammazik se compose de bonnes vibrations. Est doté d’un esprit en sonovision. Est produit en THX et réalisé avec un clavier numérique. Se destine à celles et ceux qui pensent que la culture se regarde et s’écoute…

Gammazik est phonoscripté par:

Rédacteur en chef du blog, Jeoffroy Vincent, pense écrire mieux qu’il ne bricole.  Cet homme, dont on peut également lire les pérégrinations littéraires dans le magazine   Francofans, est accessoirement un sérievore boulimique qui intervient sur Le Monde des séries quand on lui en ouvre les numériques portes. Le reste du temps, il lit, regarde, écoute et observe tout ce qui pourra être matière à faire un papier (ce qui sur le Net est toujours ironique).

Ramon el Rojo, dit Romain Le Roux par l’état civil français. Ce jeune professionnel polymorphe de l’audiovisuel, intervenant notamment aux Ateliers de Création Visuelle et Sonore menés par l’association Lieux Fictifs au Centre Pénitentiaire des Baumettesn’a jamais poussé sa pratique du dessin au-delà des représentations hasardeuses des membres de sa famille en classe de maternelle. Faible de cette expérience, c’est donc tout naturellement qu’il propose de réaliser un comic strip pour Gammazik. Ce à quoi, troublé par les solides liens d’amitié qui unissent les deux hommes, le sagace rédacteur en chef n’a pu parvenir à s’y opposer.

Valou, né pendant le grand crash des jeux vidéos du milieu des années 1980. A cette époque, alors que sortait en salle SOS Fantômes (le 1, le seul, le vrai), Indiana Jones affrontait les périls du temple maudit. Dès lors, son destin était tracé: il devait sauver l’industrie du jeu tout en regardant des blockbusters. S’il a connu un temps où les consoles n’avaient même pas 8 bits, et où l’on achetait ses jeux aussi facilement que les nerds arrivent à serrer des minettes, les licences de THQ et autres Naughty Dogs n’ont pas de secrets pour lui. Fervent défenseur des films à gros budget, inconditionnel méticuleux de Michael Bay et de ses amis, agitateur de pixels invétéré, Valou mesure la qualité d’un film à sa capacité à nous envoyer des effets spéciaux à la figure. Tel un super-héros des 9ème et 10ème arts, il pourrait dire que "de grands films impliquent de grand effets pyrotechniques".

Mais il est actuellement occupé à sauver le monde avec une épée bâtarde +8 qui boit les âmes (et peut aussi couper les cornichons).

 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s