Ludéal, Mayra Andrade et Uniform Motion – Tout est affaire de styles

Ludéal: belle bête 

A l’écoute d’un titre, superbe au demeurant, tel que L’appétit,  il est impossible, je dis bien impossible de ne pas penser à JP Nataf. Ce qui, selon moi, est un très beau compliment tant l’ex-chanteur des Innocents reste l’un des talents en solo les plus injustement méconnus; Clair étant, et de loin, l’un des albums les plus bouleversants de cette dernière décennie. Parfois, il arrive même que le spectre d’Alain Bashung vienne rôder sur certaines pistes. Et Ludéal dans tout cela ? Il prend le soin de charpenter des constructions mélodiques saccadées, ni enjouées ni dépressives, qui font de ce Paon d’or un objet insolite et intriguant. L’association réussie en somme de mélodies vivaces et d’une écriture acérée et à la poésie étrange.

Ludéal séduit parce qu’il ne cherche pas à prouver. Il joue. Il joue énormément sur la suggestion des mots plus que sur la simple exécution de rimes. Sa plume donne à voir des images la fois belles et insondables (Au large, L’enfant du tipi d’à côté) qui procurent une sorte d’effet boomerang désarçonnant, beau car bizarre. Et tranchant net avec les poncifs souvent nombrilistes d’un genre qui, décidément, continue encore d’étonner.

Mayra Andrade: jeune et jolie

A 28 ans et trois albums à son actif, la jolie chanteuse cap-verdienne semble avoir touché le gros lot avec ce quatrième disque qui réunit le gotha artistico-musical du moment. Vous voulez des noms ? Ont répondu à l’appel Krystle Warren, Hugh Coltman, Yael Naim, Benjamin Biolay ou Piers Faccini. Oui je sais, « excusez du peu »comme on dit. Et sinon ? Eh bien, à part être mignon tout plein et s’écoutant donc sans difficulté, ce Lovely Difficult n’apporte rien de plus que n’aurait, justement, déjà proposé Yael Naim en deux disques. C’est joli, bien produit et exécuté sans fioritures. Idéal pour accompagner les parties de Scrabble lors des dimanches pluvieux. Mais, et alors que j’apprends qu’il est nominé dans la catégorie « Meilleur album de musiques du monde », il ne faut pas chercher dans ce disque tout propret un intérêt musical.

Uniform Motion: reprises de volée 

Tout comme on avait déjà dit beaucoup de bien au sujet de ce joli duo franco-anglais, qui surfe avec aisance dans la vague de la musique indie depuis 2008, on serait donc injuste et ingrat de retourner notre veste sous prétexte qu’il s’agit là d’un disque de transition. Après le superbe The Magic Empire, voilà qu’Uniform Motion se fend de neuf reprises bien bûchées qui coupe pêle-mêle Cat Power, Massive Attack ou Grandaddy avec la même droiture acoustique. Uniform Motion continue de se faire la main tout en détournant amoureusement quelques hype sommités qui, sous une moulinette minimaliste, prennent parfois une profondeur inattendue (Kids de MGMT en est un bel exemple). La reprise étant toujours un exercice difficile – un exercice de style certes mais difficile – Altered Covers a beau puiser l’inspiration chez les autres, le résultat est bel et bien un disque d’Uniform Motion. Et, ma foi, fort joli.

Jeoffroy Vincent

A bon entendeur

Paon d’or (Atmosphérique), disponible depuis le 6 janvier 2014. En écoute ici.
Lovely Difficult (Columbia), disponible depuis le 11 novembre 2014. En écoute ici.
Altered Covers (Indé), disponible depuis le 13 décembre 2013. En écoute ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :